Le mot du président

La démocratie n’est peut-être pas le régime politique idéal, mais elle demeure la plus adaptée aux impératifs du vivre ensemble. Cependant pour bien fonctionner elle doit nécessairement se pratiquer avec les citoyens. Et quand on dit cela on ne peut pas se limiter à la seule expérience du vote, qui n’intervient que très rarement dans la vie politique.

Certains, à Gagny comme ailleurs, ont pu s’imaginer et s’imaginent encore que l’on pouvait exercer un pouvoir démocratique sans les citoyens. Il est des élus qui pensent qu’une fois les élections remportées, il suffit de renvoyer les électeurs à la maison, gérer les affaires entre initiés, et c’est tout. D’autres vont même encore plus loin en jugeant que l’on peut exercer le pouvoir contre les citoyens, sous prétexte que seul le "personnel compétent" est à même de prendre les décisions, le citoyen étant considéré comme encombrant.

Mais dans ce constat tout n’est pas de l’unique responsabilité des élus. En effet, beaucoup d’électeurs pensent qu’il suffit d’aller voter épisodiquement, voire même de ne pas aller voter*, et ensuite de rouspéter devant sa télévision ou sur les réseaux sociaux lorsque les choses prennent une tournure qui ne leur convient pas.

Nous sommes en train de réaliser, à l’échelon national mais aussi dans nos communes, qu’une démocratie moderne qui se met au service de l’intérêt commun ne peut plus fonctionner selon ces usages archaïques. Ainsi, des mots tels que concertation, consultation, démocratie participative, responsabilité citoyenne, ne sont pas des vilains mots. Ils sont au contraire les garants d’une démocratie au service du peuple, et même si cela ne permet pas de donner entière satisfaction à tout le monde, cela nous offre la possibilité de construire ensemble des compromis qui peuvent être acceptés par le plus grand nombre.

Ces changements de règles peuvent s’accomplir sans violence ni destruction. Il nous suffit de commencer à y réfléchir collectivement, de comprendre ce qui ne va pas dans nos habitudes, et d’envisager un avenir un peu différent. A Gagny aussi nous pouvons imaginer de nouvelles manières de fonctionner. Il ne faut pas tout espérer du pouvoir vertical, car les individus peuvent proposer, imposer des transformations, même à l’échelle d’une commune. Si l’on attend que ces mutations s’opèrent au niveau national, cela risque de ne jamais arriver. Il serait peut-être plus efficace de faire émerger une nouvelle pratique de la démocratie dans les communes afin qu’un jour cela s’impose tout naturellement au fonctionnement de l’Etat. C’est pour cette raison que nous avons créé l’association Gagny Action Citoyenne. Nous Gabiniens, pouvons apprendre à mieux nous connaître, à mieux échanger entre nous, et mettre en place des actions citoyennes pour améliorer notre cadre de vie, et nous faire entendre des élus. La convivialité, le respect des opinions et le débat d’idées seront les principes fondateurs de cette structure, qui se veut apolitique.

Les grands défis qui sont les nôtres, à commencer par la justice sociale et l’écologie, ne pourront être relevés que grâce à une nouvelle vision de la démocratie, inscrite dans la modernité, et plus fidèle au sens premier du mot. Avant de voir cet idéal s’appliquer à l’Etat tout entier, commençons par voir ce que l’on peut faire dans notre ville de Gagny.

Alors, prêts pour la révolution citoyenne ?

 

Michael Pelloquin,

Président de l’association Gagny Action Citoyenne

* Taux d’abstention aux dernières élections municipales à Gagny : 40% en 2008, 49% en 2014

© 2019 by Gagny Action Citoyenne.